Search

Le matériel de secours et de premiers soins : les obligations de l’entreprise

Selon le Code du travail, les lieux de travail doivent être équipés d’un matériel de premier secours. Son contenu, qui doit être facilement accessible, doit permettre d’effectuer les soins de premier secours.

Que dit la loi ?

trousse-secours«Les lieux de travail sont équipés d’un matériel de premiers secours adapté à la nature des risques et facilement accessible»

Voilà ce que stipule l’article R4224-14 du Code du travail. Si certaines entreprises se contentent d’acheter une trousse de secours générale, d’autres entament une vraie réflexion sur les risques d’accident du travail propre à leur entreprise, pour ensuite adapter le contenu de cette trousse de soins. Idéalement, l’entreprise doit également prendre en compte différents facteurs, comme la présence ou non de secouristes sur le lieu de travail ou le temps d’intervention des secours en cas d’accident.

Une trousse portable sous forme de sac médical peut par exemple parfaitement compléter une armoire à pharmacie plus classique. Il est alors plus facile de transporter le matériel de secourisme sur les lieux même de l’accident. Cela évite ainsi les allers-retours inutiles.

Et pour que ce dispositif soit efficace, l’emplacement de cette trousse de premier secours doit être connu des salariés. L’article R. 4224-23 insiste d’ailleurs sur ce point : «Le matériel de premiers secours fait l’objet d’une signalisation par panneaux ».

La facilité d’accès de cette trousse de secours est un point clé pour son efficacité. En effet, si le matériel est sous clé, cette dernière doit pouvoir se trouver très rapidement. Certaines lésions nécessitent en effet une action rapide, sous peine d’aggravations de la blessure.

Le personnel doit donc pouvoir réagir très rapidement et efficacement.

Que doit contenir la trousse de secours ?

materiel-secours

Aucun texte ne mentionne de liste de produits obligatoires. En revanche, le matériel de la trousse de secours d’entreprise doit être en bon état et les produits ne doivent pas être périmés. Si la trousse de secours ne doit pas contenir de médicaments, c’est le médecin du travail qui fixe généralement le contenu de cette trousse. Le matériel et la trousse doivent faire l’objet d’une vérification périodique.

Idéalement, la trousse doit contenir (à adapter en fonction du type d’activité de l’entreprise et le risque d’accidents) des gants jetables, du sérum physiologique en unidose, des compresses stériles, des compresses hydrogel, des bandes de gaze, ciseaux à bouts ronds, du sparadrap, des pansements auto adhésifs, des pansements compressifs, un garrot artériel, un kit d’amputation, compresses oculaires, pommade pour brulures superficielles, masque de bouche à bouche, couverture de survie, drap à usage unique, coussins hémostatique d’urgence, poche de froid, pince à écharde…

Après chaque intervention, il est important de remettre à jour le contenu du sac de secours.

En plus de ce matériel, la trousse doit proposer les numéros de téléphone d’urgence importants comme le Samu (15), les pompiers (18), le numéro d’urgence unique européen (112) ou encore le numéro du centre anti poison, des urgences mains en cas de risque d’amputations ou des urgences ophtalmologiques en cas de projection de produits chimique ou dangereux dans les yeux.

Enregistrer




Laisser un commentaire